Assurer votre credit ou vous voulez

L’assurance crédit : un choix possible dés le 1er janvier 2010

Lorsque l’emprunteur souscrit un contrat avec une banque, ce contrat comprend l’assurance crédit de cette banque.
Généralement un peu plus onéreuse qu’une assurance extérieure, cette assurance est obligatoire pour l’emprunteur.
Elle comprend l’assurance décès, invalidité, et incapacité partielle ou totale de travail (ITT).

A partir du 1er Janvier 2010, l’assurance de la banque ne sera plus obligatoire.

Une autre compagnie d’assurance pourra être choisie si elle est jugée plus compétitive par l’emprunteur: c’est ce qu’on appelle une délégation d’assurance.
Vous pourrez donc trouver une assurance moins coûteuse et économiser une partie des frais de votre crédit.
Vous pourrez également racheter votre contrat d’assurance crédit pour souscrire à un autre contrat plus avantageux et sur mesure :
- à un taux inférieur
- avec des garanties mieux adaptées à votre cas particulier.

Nos conseillers sont à votre écoute dès maintenant au 03 20 06 11 60.
- Vous obtiendrez plusieurs propositions personnalisées, gratuites et sans engagement de votre part
- Vous bénéficierez de conseils personnalisés pour profiter d'un taux inférieur.

Assurez votre credit ou vous voulez

A compter du 1er Janvier prochain, il devrait être plus facile de souscrire l'assurance de son prêt en dehors de la banque.

Les emprunteurs vont enfin avoir le choix. A partir du 1er Janvier si le Parlement achève à temps le vote de la loi, la banque ne pourra plus leur imposer de souscrire chez elle l'assurance decès-invalidité qui garantit leur crédit. Ils seront libres de choisir leur contrat chez un autre assureur, s'il offre des garanties équivalentes. Les compagnies d'assurance se mettent donc en ordre de bataille. Elle comptent faire connaître leurs offres pour inciter au plus grand nombre d'emprunteurs à souscrire chez elles cette fameuse assurance.
Leur atout ? Hormis les jeunes, qui bénéficient souvent de primes allégées, les contrats des banques affichent en général un seul et même tarif pour tous leurs clients, de moins jusqu'à un certain âge(60 ans par exemple). En comparaison, chez les assureurs, la prime varie selon l'âge de l'emprunteur lors de la souscription du crédit. "Cela permet de profiter d'un tarif plus intéressant lorsque l'on est jeune. En général, les moins de 40 ans ont tout à gagner à s'assurer ailleurs que dans la banque", estime Pierre Seror, responsable du marketing prévoyance à la Macif.

assurez votre credit ou vous voulez
 

Des contrats sur mesure

Autre différence : alors que les banques proposent des contrats assez standarisés, se tourner vers un autre assureur permet parfois de bénéficier de garanties mieux adaptées à son cas particulier.
"Nous assurons les professions médicales, et nous savons par exemple que qu'un problème à la main pour un chirurgien-dentiste est beaucoup plus grave que pour un cadre. Notre assurance emprunteur offre donc une couverture adaptée aux besoins réels de nos sociétaires", souligne Bernard Deguiraud, directeur du département prévoyance et santé de la MACSF.
Pour les banques, la menace est d'autant plus sérieuse qu'il n'est pas très compliqué de dissocier le crédit de l'assurance. Chaque mois, au lieu d'une mensualité tout compris, seront simplement prélévées d'un côté la mensualité du prêt, de l'autre la prime d'assurance. Mais les deux sont liés. Si le crédit est remboursé par anticipation, l'assurance sera résiliée. Et si l'assurance doit jouer ( en cas de decès, d'invalidité, ou d'incapacité de travail de l'emprunteur), la banque - qui est la bénéficiaire désignée - est remboursée directement par l'assureur.

Vers une baisse des tarifs

Mais les banques préparent bien sûr leur riposte. "Elles vont sans doute adapter leurs contrats, et baisser leurs tarifs quitte à royer sur leurs marges confortables", précise Pierre Seror. Certes les Français qui souhaitent acheter avant la fin de l'année ne pourront attendre cette heuseude issue. Mais ils peuvent déjà tenter de négocier avec leur banquier la souscription d'une assurance individuelle auprès d'un concurrent. Selon les banques, cette négociation est plus ou moins facile.
Elle est aussi, il est vrai, devenue plus délicate ces derniers mois, puisque les établissements bancaires ont tendance à prêter moins, et à vouloir mieux se rémunérer sur les crédits consentis. Mais d'ores et déjà, la loi permet en tout cas aux emprunteurs de mieux comparer. "Depuis le 1er Juillet dernier, les banques comme les assureurs concurrents doivent résumer les caractéristiques essentielles de leur contrat dans une fiche dont la présentation est standarisée. Il est ainsi beaucoup plus facile de comparer les niveaux de garanties et les tarifs", se félicite Bernard Deguiraud.

Le coût varie en fonction de l'âge

Faire jouer la concurrence peut être payant.
Selon empruntis.com, un homme de trente ans non fumeur paiera entre 0,10 et O,30 % du capital emprunté selon la compagnie qui assure son crédit. Avec l'âge le note augmente.
Une femme de 45 ans, non fumeuse, devra, elle, débourser entre 0,30 et 0,45 % du capital emprunté pour assurer son crédit.

Article extrait de Figaro Magazine publié le 03/10/2009 de Anne Bodescot